vendredi 24 avril 2020

Suite à l’appel de la Cinémathèque Française demandant à tous les réalisateurs de témoigner de leur confinement dans un film court fait avec les moyens du bord, même un téléphone, j’ai écrit un scénario sous forme de lettre. Je me trouvais à ce moment-là chez ma mère en Vendée dans une maison avec un jardin. Comme je n’avais pas de banc de montage à disposition il me fallait tout tourner en plan séquence.


Dès que tout a été bien répété (décor, accessoires, mouvements et cadrages) J’ai commencé à faire les premiers essais. Comme je n’avais pas de micro à disposition, le problème de ma voix en off se posait. Il me fallait parler très près du téléphone pour que la voix soit distincte tout en contrôlant les mouvements. Une fois ceci résolu j’avais aussi le souci de la lumière pour passer du jardin à l’intérieur de la maison. La seule heure intéressante en avril était après 17h pour bénéficier d’un soleil rasant et que les objets dans la pièce soient suffisamment éclairés.


Après une après-midi d’essais j’ai commencé à tourner le lendemain. Le plan séquence était un panoramique de 360° qui durait exactement 5 minutes. J’ai dû replacer en cours de route certains accessoires pour être synchrone avec le texte et bénéficier de la dynamique nécessaire. Le plan séquence fut terminé au bout de 16 prises, juste avant que le soleil ne disparaisse derrière les nuages. J’ai essayé de faire mieux une 17e prise le lendemain mais au vu des premiers rushes, la 16ème prise était de loin la meilleure.


Trois jours après avoir envoyé le film j’ai eu la surprise de recevoir un mail de la direction de la Cinémathèque, Costa-Gavras, Frédéric Bonnaud et Xavier Jamet, qui me remerciaient pour le film qui les avait touchés et émus. Le voilà à présent sur la plateforme au milieu d’un florilège de films envoyés par des cinéastes dont Jean-Louis Trintignant qui nous fait le plaisir d’y lire des poèmes. 

Cette aventure m’aura prouvé une fois de plus qu’on peut tourner des films avec un rien quand on veut et où on veut. C’est le privilège des réalisateurs d’aujourd’hui. La contrainte suscite toujours l’imagination.



Lettre d’un cinéaste confiné (2020)
Écrit et filmé par Bruno FRANÇOIS-BOUCHER
Durée : 5 minutes
HD – Couleur

© 2020 Bon Voyage Films Productions - La Cinémathèque Française

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Suite à l’appel de la Cinémathèque Française demandant à tous les réalisateurs de témoigner de leur confinement dans un film court fait ...